Archives

Archive de

Cloth Road, ma critique du tome 1

Il était dans ma PAL et je m’y suis enfin collée ^^…

J’avoue la couverture est bien sympathique et les personnages qui sont présentés dessus nous invitent à  en découvrir les pages.

Auteur (s): Scénariste : KURATA Hideyuki  et dessinateur : OKAMA

Nombre de tome en français : 6 (en cours)

Nombre de tome en Japonais: 11 (en cours)

Éditeur : Kaze Manga

Style : Shonen

Résumé du tome 1: Grâce à la miniaturisation, les puces sont désormais aussi fines que des feuilles de papier, les câbles deviennent des fils que l’on peut tisser, et les ordinateurs hyper-puissants se portent comme des vêtements. Fergus, un apprenti-tailleur, rêve de devenir un designer célèbre, mais quand son maître contracte une grave maladie dont le traitement coûte une fortune, il décide, avec l’aide d’une jeune fille qui prétend être sa sœur jumelle, de participer au “War-King”, un tournoi où s’affrontent des mannequins en costume de combat.

Au premier abord, on est loin de se douter de quoi il s’agit si on ne lit pas le résumé( et encore je ne le trouve pas tellement plus explicite). Le titre qui se traduit en français par « La route de tissu », les dessins assez mignons et le fond n’indique pas vraiment grand chose.

Me voici donc plongeant dans cette merveilleuse aventure qu’est la lecture d’un nouveau titre, le cœur palpitant à me demander fébrilement » mais sur quoi vais-je tomber ?«

On débute par quelques pages couleurs joliment présentées et on fait la connaissance de la petite Jennifer qui vient de perdre un être cher. Orpheline, elle va se rendre à  la ville de Colonet et son histoire commence presque comme la fin du magicien d’Oz avec une route de brique.  Attention, ce début est un leurre. Nous sommes loin d ‘un conte de fée et dès que nous prenons la page suivante en noir et blanc le ton est mis en place : futuriste et glauque.

La ville dans laquelle se rend la jeune fille abrite des combats pas tout à fait comme les autres. Les combattants de rue sont des mannequins et leurs vêtements des  armes ultra perfectionnés. Fergus un apprenti « styliste » rêve de devenir professionnel dans le milieu malgré son jeune âge et son expérience encore limitée. Les combats, loin d’être gentillet sont d’une rare violence et peuvent apporter la mort au plus inexpérimenté. C’est dans cette atmosphère que l’insouciante Jennifer rencontrera Fergus. Leurs destins sont plus que liés et très rapidement elle deviendra d’une importance capitale pour le jeune homme.

Les dessins sont assez inégaux et parfois la mise en page brouillon. Malgré tout j’ai pris énormément de plaisir à lire ce manga qui narre une nouvelle vison d’un futur plutôt décadent mais fort attrayant. Qui n’a pas rêvé de voir des mannequins se crêper le chignon sur les podiums ? Et puis avouons : ça donnerait enfin de l’action et on s’ennuierait moins devant des défilés qui parfois sont plutôt soporifique !

Un manga  à découvrir par curiosité !! Que vous soyez fans de mode ou pas ;) 6 tomes sont pour le moemnt sortis… Va falloir que je rattrape (encore une fois) mon retard :p

Publicités

Joyeux Halloween et bon 31 Octobre 2011

Comme je le disais sur la page Facebook du blog, je sais bien que les français ne fêtent pas Halloween mais je tenais tout de même à « saluer » l’occasion. J’ai toujours aimé les fêtes :-p

Pour l’occasion je vous ai dégoté cette image provenant du manga de Shingo Araki : Sourire d’Enfance.

Je trouve que ce « tableau » esquisse vraiment bien l’idée du jour non ?! 😉

BENRI-YA SAN – 便利屋さん

Pour bien commencer la journée, je vous propose de faire un petit d’horizon sur le manga : Benri- Ya-San, Mr Convenience en anglais ^^.

Voilà un titre pas mal plébiscité par les fans de Boyslove.

Titre : BENRI-YA SAN – 便利屋さん

Auteur : NASE YAMATO

Éditeur : Kaiohsha

Collection : Gush Comics

Résumé : (en anglais ;) )  Shiva Convenience Agency is here to help out, with jobs big or small.

1) Chiba is a « convenience man » who meets Aki Kirigaya on a job. Chiba’s job is to become Kirigaya’s friend. After becoming friends, Kirigaya refuses to see him. What is Chiba to do?

2-3) Miyashiro is young and cute, and used to guys mistaking what he’s selling as a convenience man. When a handsome Yamada Tarou (John Smith) tries to buy him, Miyashiro’s still not interested. But Yamada’s persistant, and Miyashiro’s started thinking being sold to Yamada might not be so bad…

4) Continuation of Chiba and Aki.

Dans ce titre se cache plusieurs petites histoires : dans la première, Chiba est un homme de « commodité », une sorte de « escort boy » en fait pour faire plus clair ^^…  Il va rencontrer dans le cadre de son job Aki Kirigaya avec qui il a pour mission de devenir ami. Malheureusement que va faire Chiba quand Aki découvrira tout et refusera alors de le revoir ?

Toutes ses mini histoires sont axés sur les garçons travaillant pour cette agence. Perso, je trouve l’idée pas mal et les dessins sont plutôt sympa 🙂

The Day Of Revolution- Ma critique

Ce titre est sorti il y a pas mal de temps. Oui j’ai mis longtemps avant de me décider à le lire ou pas :-p. Comme vous le verrez avec l’image de la couverture en dessous, vous comprendrez pourquoi j’ai mis autant de temps à le commencer. Bien oui, la couv’ n’est franchement pas terrible… ni le dessin cela dit. Deux raisons qui ont faillis avoir raison de moi. Heureusement je suis une fille forte alors, j’ai tout de même ouvert ce livre et au final ? Je suis loin de le regretter ! Comme quoi, tout arrive avec moi ;) !

Auteur (s): TSUDA Mikiyo

Nombre de tome en français : 2 (fini)

Nombre de tome en Japonais: 2 ( terminé)

Éditeur : Kaze-Manga

Style : Shojo

Résumé du Tome 1: Kei Yoshikawa, 15 ans, est un jeune voyou qui préfère traîner sur le toit du lycée avec sa bande plutôt qu’aller en cours. Mais un jour, après une crise d’anémie, il se retrouve à l’hôpital et découvre qu’il est en fait… une fille ?! C’est dans la peau de Megumi, une très jolie élève de seconde qu’il retourne au lycée. Mais comment faire pour préserver un tel secret avec un caractère pas très féminin et, surtout, d’anciens amis plutôt collants…

Mon avis sur ce premier tome : J’avoue, j’avais rien compris au résumé XD. Donc pour moi ce fut une surprise totale ! En gros Kei découvre à ses 15 ans, après une crise d’anémie, qu’en fait il hermaphrodite ! Que son corps est bien plus féminin que masculin. Bonjour l’angoisse.

Ce qui aurait pu être une tragédie familiale devient plus une comédie insolite qu’autre chose. Tout le monde ( même ses parents) prennent cela avec beaucoup de philosophie et trop de désinvolture XD. On pourrait penser qu’après une telle nouvelle Kei soit déphasé et au bord de la dépression nerveuse, et bien… non !! Bien au contraire il est résolu à devenir ce que son corps lui réclame d’être : une fille.  C’est là que j’ai enchainé les crises de rire et gloussement convulsifs( non, je ne suis pas folle :lol: ) car  bon l’histoire est loin d’être très réaliste mais c’est ce qui fait son charme et les situations plus que cocasse et délirante valent qu’il faut absolument lire ce bouquin !

Kei change de nom et devient Megumi ( en fait, les deux prénoms peuvent s’écrire avec le même Kanji—caractère chinois) et revient quelques mois plus tard dans son lycée avec un coach personnel qui va lui apprendre à réagir en fille. Bien sûr c’était sans compter les meilleurs amis de ce(tte) dernie(è)r(e) qui vont découvrir le pot au rose et.. vouloir le… la ( pffff ça devient compliqué, je vous jure! )… bon ils vont vouloir draguer cette pauvre Megumi ( Boooooh… je vous raconte pas la méga crise de rire que j’ai eu. C’est vrai, faut voir la tête de ladite Megumi anciennement ledit Kei... C’est comique à souhait !) Sincèrement est-ce seulement possible dans la vie réelle ? Je ne pense pas ! En tout cas ses copains sont bien décidés à sortir avec et sans vraiment se soucier des sentiments de cette pauvre Megumi/Kei.

Ce manga n’est pas prise de tête pour un clou et franchement ça fait du bien. Le dessin n’est pas fabuleux mais j’ai connu pire. De plus, on est tellement pris par ce mic-mac pas possible qu’on en oubli un peu le style de l’auteur et puis la mise en page est agréable donc au final c’est un livre dont j’attends le second et dernier tome ( oui il est court) pour connaitre le dénouement ! Ben oui, j’aimerai bien savoir si Kei-Megumi va finalement accepter de rester une fille et de sortir avec un de ses potes ou alors redevenir Kei finalement ! À voir donc… enfin à lire ;-)

Ah si… un truc que les éditions Kaze Manga auraient pu éviter : le langage argotique parisien. J’ai trouvé ça lourd et mal-venu. Quant à l’auteur elle est aussi connue sous un autre pseudo : Taishi Zao ou elle dessine exclusivement des mangas « Yaoï ».

Petit plus à savoir:  Tsuda est aussi l’auteur de « Princess Princess » sortie aux éditions Kami et qui conte l’histoire de beaux garçons dans un lycée non-mixte qui se travestissent en filles à la plus grande joie des lycéens. Cette série ne semble plus éditée par contre…

Ps: J’ai aussi lu le tome 2 et ce dernier reste dans la même lignée que le premier tome mais un cran en dessous. Mais au final c’est un titre que je peux vous conseiller si vous êtes fan d’humour tordu et de Yaoi+Shojo 😉

La Petite Amie du Prince – Ma Critique du ONE SHOT

Il faut le savoir, à la base, j’aime beaucoup les mangas de cette auteure. Oujisama No Kanojo a été dessiné par Miki Aihara qui est connut essentiellement en France pour ses séries: Hot Gimmick et Honey hunt.

Donc j’ai été enchantée le jour ou j’ai eu le bouquin entre les mains… avant de vous en dévoiler plus, voici sa petite fiche.

Auteur (s): AIHARA Miki

Nombre de tome en français : 1- Histoire courte

Nombre de tome en Japonais: 1 (terminé)

Éditeur : Tonkam

Style : Shojo

Résumé: Michiru a un rêve dans la vie : elle attend qu’un prince charmant vienne la demander en mariage pour faire d’elle une vraie princesse. Bien sûr, elle sait que ça n’arrivera jamais… jusqu’au jour où deux princes héritiers arabes sont transférés dans son lycée !

Mon avis et mes impressions: Il est bien dans la mentalité des Japonaises de s’extasier devant des Princes et des princesses. Ici l’héroïne n’échappe pas à cette règle et sa façon de voir les choses la rend vraiment ( c’est mon avis) superficielle.

Alors qu’elle ne s’y attendait plus trop, son lycée reçoit la venue plus que prestigieuse de  deux Princes Arabes. Ces derniers sont venus étudier dans son pays car leur père un roi arabe avait lui aussi fait ses études ici durant sa jeunesse. J’ai trouvé ça un peu tiré par les cheveux mais pourquoi pas. Alors que ça ne va pas faire trois secondes qu’elle croise le regard du premier Prince que Michiru ( le nom de notre héroïne) se pâme déjà devant lui comme une idiote. Mais c’est un prince comprenez-vous.

Bref, ce prince là semble être assez intéressé par l’insignifiant copain de classe de Michi ( on va lui donner un petit nom :lol) … et pas pour rien en fait… Et pendant ce temps que fait notre jolie lycéenne ? Elle le passe à se ridiculiser devant lui… entre temps le frère cadet( Farid) qui lui fait carrément une superbe demande en mariage. Oui, elle peut si elle le veut devenir sa première épouse. Wouah !! Quel cadeau ! Mais Michi s’en fiche. Elle veut Ashraf ( le nom de son beau prince des collines)… Mais Ashraf s’en fiche( décidément c’est une manie XD) éperdument et malgré les râteaux qu’il lui distribuera, elle continuera tout de même à lui faire du rentre dedans bien décidée à sortir avec lui…

Par un heureux hasard et concours de circonstance ( comme quoi la force mentale de l’auteur fait bien les choses) elle se rendra pour une visite de courtoisie dans le le pays d’Ashraf et découvrira avec stupeur et tremblement (^^) qu’il a déjà une fiancée… Mais finalement tout se terminera bien pour la belle Michiru qui finira enfin par avoir ce qu’elle veut.

Je dois dire que les dessins sont très très beaux. La mise en page claire et agréable à l’œil et l’histoire aurait pu être mignonnette mais voilà… Michiru m’a agacée du début à la fin. Je ne l’ai pas du tout trouvé sympathique et sa bêtise n’a d’égale que sa proportion à vouloir à tout prix sortir avec un PRINCE.  Alors qu’elle avait un super mec à côté ( pas un prince mais un chic type qui ne lui demandait rien sauf d’être heureuse) qui finalement se révèlera être plus que ce qu’il n’y laissait paraitre.

Bref, sans doute et même très certainement ce livre trouvera des fidèles et fera des heureuses mais ça sera sans moi.

Voici des planches couleurs du début que j’ai trouvé sur le net :

Les romans Boyslove que vous aimeriez bien lire

Il est intéressant de voir le nombre de gens qui aimeraient lire du boyslove (en roman s’entend) et de voir qu’au final il n’y a pas encore beaucoup d’éditeur intéressés par ce genre nouveaux.

Enfin, ne désespérons pas et au pire lançons-nous dans le dur apprentissage de la langue japonaise écrite… En attendant voici le visuel de deux titres sortis récemment… au Japon 😆

Dengeki Daisy, ma critique des tomes 1 & 2

Le premier tome a trainé quelques jours voire  quelques semaines sur mon étagère. La flemme de le lire et parce que les dessins un peu trop « Shojo » ne m’emballaient pas des masses ( comme d’habitude quoi XD )… Pourtant du moment ou j’ai ouvert ce manga, les pages m’ont filées entre les mains.

Auteur (s): MOTOMI Kyousuke

Nombre de tome en français : 9 (en cours)

Nombre de tome en Japonais: 10 (en cours)

Éditeur : Kaze Manga

Style : Shojo

Résumé du Tome 1 : « Quoi qu’il arrive, je te protègerai.” Depuis la mort de son frère, l’unique parent qui lui restait, Teru vit seule, avec pour soutien moral, le téléphone portable que son frère lui a donné et sur lequel elle reçoit les mails d’un personnage mystérieux se faisant appeler “Daisy”. Un jour, pour une raison idiote, elle se retrouve à travailler au service de Kurosaki, le gardien du lycée aux allures de voyou. Mais ce vaurien n’aurait-il pas quelque chose à cacher à Teru ?

Mon Avis: Comment dire… je me suis pris une baffe dans la tête et croyez moi ça m’a fait du bien ! Pas que je sois maso mais ce nouveau titre fut une agréable découverte pour moi.

Teru, notre héroïne bien que devenue orpheline est loin d’être simplette et neuneu ! Non non, elle ne se laisse pas faire et garde la tête haute devant l’adversité. Et croyez-moi, sa vie au lycée est parfois loin d’être simple. Entre les brimades de ses camarades de classe et le reste, on pourrait croire que sa rencontre avec le mystérieux gardien de son lycée « Kurosaki«   serait le point de départ d’un shojo basique et barbe à papa ( pour changer de guimauve… La barbe à papa est encore plus sucrée et collante :lol: )… et bien pas du tout. Déjà Kurosaki est loin mais très loin d’être charmant… Il serait même assez infecte. On pourrait être donc en mesure de la plaindre mais heureusement la jolie Teru a déjà son plus beau soutient qui soit : Daisy.

Mais qui est Daisy ? Eh bien Teru, ne le connait absolument pas. Avant de mourir , le frère de Teru lui a donné un portable. Grâce à ce dernier, elle communique avec un être mystérieux répondant au doux non de Daisy. Il est son ange gardien et son soutient moral. Grâce à lui Teru ne craint rien et continue sa vie comme si de rien était. Pourtant sa rencontre avec l’énigmatique Kurosaki ( qu’elle rêve de voir chauve au moins une fois par heure XD ), sera le début d’aventures plus ou moins ardues…

Teru par la force des choses ( et l’esprit pervers du jeune homme ) va finir par devoir travailler pour lui entre ses heures de lycée. Entre temps la jeune fille verra son appartement cambriolé et saccagé par des hackers qui recherchent des informations sur le fameux Daisy. Car même si Daisy est son ange gardien, il n’en reste pas moins un pro du hackage comme Teru finira par le découvrir.

Pourtant il y a une chose importante que Teru ne sait pas et que Kurosaki ne lui a pas dit…

Que dire sur ce tome ? Qu’il est génial du début à la fin ? Non sérieusement : il est génial ! Enfin un shojo bien loin de ses classiques avec une bonne intrigue, des dessins sympa et pas gnian-gnian et des héros loin  d’être guimauve et qui ne tombent pas dans les bras l’un de l’autre cinq pages plus tard !

Non, à  la fin de ce tome vous n’avez qu’une envie : connaitre la suite car l’auteur arrive à garder le mystère du début à la fin et même si certaines choses sont dévoilées c’est pour mieux nous questionner ensuite !

Vraiment un pur régal !

Auteur (s): MOTOMI Kyousuke

Nombre de tome en français : 9 (en cours)

Nombre de tome en Japonais: 10 (en cours)

Éditeur : Kaze Manga

Style : Shojo

Résumé du tome 2 : Teru, une lycéenne pauvre, se retrouve obligée de travailler pour Kurosaki, le gardien du lycée aux allures de voyou. Ce dernier se révèle être en fait “Daisy”, personnage mystérieux et unique soutien moral de Teru qui n’a plus aucune famille. Peu à peu, la jeune fille va être inconsciemment attirée par lui et, le jour où son appartement est cambriolé, elle s’installe provisoirement chez Kurosaki. Commence alors leur vie à deux…

La recette gagnante du premier tome continue de prendre et c’est avec beaucoup d’intérêt que nous suivons les histoires pas compliquées du tout de Teru et de Kurosaki qui ne veut toujours pas dévoiler à la jeune fille qui il est. Entre temps, l’affaire « Daisy » se complique et prend de l’ampleur et Teru est obligée de faire disparaitre toute sa correspondance avec son cher ange gardien pour le protéger d’un groupe de lycéen qui cherchent à découvrir qui est Daisy.  Bien sûr ce qui parait au premier abord simple et sans conséquence nourrit un projet bien plus grand. En plus de devoir faire très attention, Teru doit aussi gérer sa collocation «  forcée » ( depuis le saccage de son appartement elle vit chez son persécuteur préféré) avec Kurosaki. Rien n’est simple entre eux et encore moins quand la nouvelle conseillère de son lycée lui apprend qu’en plus de connaitre Daisy, elle était aussi la petite amie de son frère décédé…

Au fil des pages nous découvrons  un Kurosaki torturé qui ne serait pas blanc comme neige. Que sa relation avec Teru risque de ne jamais pouvoir aboutir sur quelque chose de plus tendre due à une promesse faite au frère de cette dernière.  Qu’il y a encore pleins de secret non dévoilés, que… j’ai cru m’arracher les cheveux de frustration à la fin du second volume en jurant que si le troisième tome ne nous donnait pas plus d’informations intéressantes,  c’est l’auteur de cette série qui finirait par se retrouver chauve ! ( Si elle ne l’est déjà pas Mouhahahaha !)

Bon, je sais ce qu’il me reste à faire… me dépêcher de me procurer les tomes suivants !! Surtout que le 9 vient juste de sortir… Oui j’ai vraiment des wagons de retard ;).

Vampir, ma critique du Tome 1

Depuis un moment déjà nous commençons à être totalement saturé par les êtres aux dents longues ( non pas les impôts… quoique c’est la saison, j’avoue :lol: ), avec l’explosion de la Bit-Lit, et les séries telles « Vampire Diaries » ou bien encore « True Blood«  « Being Human »… Malheureusement l’univers du manga n’y échappe absolument pas non plus.  À m’entendre parler, je semble aussi au bord de l’indigestion d’hémoglobine à tout va et… c’est hélas le cas. Alors pourquoi ( me direz-vous… Waouah ! C’est fou ce que vous suivez bien :lol: ) ce titre m’a t-il plu ? Eh bien parce que le thème du Vampire n’est pas du tout le même que celui de base que nous connaissons tous.

Auteur (s): ITSUKI Natsumi

Nombre de tome en français : 5 (en cours)

Nombre de tome en Japonais: 5 (en cours)

Éditeur : Panini Manga

Style : Seinen

Genre : Fantastique et Suspens

Age Conseillé : 15 ans environ

Résumé du Tome 1 : Ryo Minakawa est un lycéen ordinaire. Il mène une existence tranquille jusqu’à ce jour funeste où il perd la vie, écrasé par une jeune suicidaire ! Mort sur le coup, il se réveille cependant. Il est vivant mais différent. Il est maintenant blond, a les yeux rouges, voit des fantômes et entend les voix des morts !

Voici donc l’histoire abracadabrante du jeune Ryo Minakawa qui après un accident pour les moins commun se retrouve albinos ( ben oui, vous appelez comment un mec qui a les yeux rouge et les cheveux blanc? ). Heureux mais sonné d’être toujours en vie, il va vite déchanter quand il comprendra qu’en plus d’être décoloré de la tête au pied, il se retrouve à entendre des voix et voir des fantôme. D’ailleurs, pourquoi la fille qui s’est suicidé en tombant sur sa tête le suit-elle partout ? Et qui est cette autre fille qui prétend qu’il est un mort en instance ?  Bref pleins de questions qui trouveront vite une explication assez bateau dans ce premier tome.

Les dessins  sont beaux, ça il n’y a pas à dire, j’aime beaucoup le trait de cette auteure. Le style de mise en page est basique et apporte une certaine dynamique au tout, on regrettera cependant le manque flagrant de paysages et décors. Défaut relatif au manga et au shôjo. Bon ici, c’est parfois assez gore donc c’est rangé dans la case « Seinen ».

Ce premier tome qui met la trame de l’histoire en place est sans surprise et sa saveur assez fade car même si le thème du vampire est traité bien différemment de celui connu, il n’en reste pas moins que l’histoire et les situations sont assez rabâchées pour être déjà digéré et ce depuis longtemps.

Au final j’ai été déçue de l’enthousiasme que j’avais eue à vouloir le lire dès sa sortie. Ce titre n’apporte pas grand chose de neuf. Je lui trouve un air en moins bien de « Ghost Whisperers »( série TV américaine) et de « Vampire Miyu » avec l’histoire de la suicidée ( qui est tragique mais tellement revue que ça en devient juste pathétique et saoulant). Que dire des « vampir  » en eux-même ? Des âmes vagabondes qui cherchent à s’abriter dans un nouveau corps et qui « sucent » les âmes perdues des entre deux mondes » ? Bref rien de neuf sous les tropiques.

Cela dit, si vous n’avez rien de mieux à lire il vous fera passer le temps. Pas transcendant mais juste agréable. Ne vous attendez  pas à voir votre vision du « beau vampire » bouleversée vous seriez déçue. Les dessins sont agréable à regarder et le héros un peu tête à claque vous fera très certainement sourire ;)

Dès que je le peux, je m’attèle à lire les autres tomes déjà disponible… Histoire de savoir si ça améliore ou pas 😉

Hinako Takanaga se confie pour les fans français !

Lors de sa venue en France (en l’honneur de la convention : Japan Expo qui a eu lieu en Juillet 2011) Hinako Takanaga auteure de boyslove( The Tyrant Who Fall in Love, Silent Love…) n’est pas passée inaperçue et c’est ainsi que plusieurs interviews ont eu lieu.

Ici, je vous propose de retrouver deux articles : un sur Manga News, l’autre sur Manga Sanctuary.

Quelle meilleure manière de mieux connaitre cette mangaka de grand talent ? 😀

Enjoy !

♣Interview Manga-News

♣Interview Manga Sanctuary

Librairy Wars, ma critique du Tome 1

Library Wars est une œuvre plutôt de fiction politique promouvant l’amour des livres dans une époque ou ceux ci sont en voie de disparition du à de nouvelles lois sur la censure.  Une idée originale et intéressante avec en fond de trame de l’amour…encore et toujours… Allez, c’est bon, jetons-y un œil ( soyons fou XD les deux même XD )

Auteur (s): ARIKAWA Hiro  Pour le scénario YUMI Kiiro Pour les dessins

Nombre de tome en français : 6

Nombre de tome en Japonais : 8 tomes (série en cours)

Éditeur : Glénat

Style : Shôjo

Genre : Romance et Aventure

Résumé du Tome 1 : Japon, un futur sombre et incertain… Au début de l’ère Seika (ère fictive), le gouvernement a voté un texte appelé “Loi d’Amélioration des Médias” et qui vise en réalité à un contrôle renforcé de la culture. L’armée est ainsi mise à profit pour censurer et détruire les ouvrages susceptibles de troubler l’ordre public, ou de porter atteinte aux valeurs de la patrie !

Afin de lutter contre cette répression, les bibliothèques se sont fédérées et mobilisées afin de créer une unité d’élite spécialement entraînée pour protéger les livres et leurs lecteurs. Depuis que, lectrice, elle fut sauvée d’une rafle par un des membres de cette unité d’élite, Iku Kasahara rêve d’en faire partie à son tour. Mais l’entraînement, mené d’une main de fer par son instructeur, s’avère impitoyable !

Mon avis sur ce premier Tome : Les paris sur ce titre sont réussis :) J’ai vraiment accroché à ce premier tome qui mélange savamment l’action, l’humour, le côté  fleur bleue sans trop de chichis non plus… L’héroïne Iku est comme beaucoup d’héroïne dans les shôjos : très naïve mais sa motivation et sa candeur séduit tout de suite le lecteur. Le début rappelle Candy ( à cause du fameux « Prince Charmant« mais cela s’arrête là hein, je vous rassure :lol: Ne vous avais-je pas parlé de sa « candeur » ? Bah voilà LOL) Iku qui a été « sauvée » par un membre de la brigade de protection des livres quand elle était étudiante, décide de rejoindre à son tour cette unité pour le retrouver ! Bien sur son parcours sera semé d’embûches en tout genre…. Sinon ce n’est pas drôle XD.

L’idée d’un univers fictif, lequel les livres deviennent une espèce rare qu’il faut à tout prix les protéger de la censure, est excellente. On est vraiment entrainé dans l’univers de ces soldats, protecteurs des livres et les relations qu’entretient Iku et le reste de la « brigade » sont passionnantes : tantôt puéril, tantôt drôle… On ne reste pas sans réaction face à ses anicroches continuelles avec le beau Dojo, son lieutenant qui est aussi plus petit qu’elle ( mais fort mignon, si vous voulez mon avis de midinette XD ). Entre ces deux là, il y anguille sous roche !

Le style de dessin est mignon sans être transcendant. Pas trop mon style mais là j’avoue ça passe comme une lettre à la poste. Une histoire que je compte bien suivre et commenter :D

Tenez, parce que je suis top curieuse, j’ai fouiné sur le web et j’ai trouvé des images liés à la série en anime. Franchement ça m’a l’air bien sympa. J’espère que ça sortira un jour en France :D